Le Projet OMD 3 de TrustAfrica, intitulé ‘‘Renforcer la Dignité de la Femme’’, a été exécuté durant la période de juin 2009 à décembre 2011 dans sept pays Francophones : Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Démocratique du Congo, Mali, Niger et Sénégal. Avec l’appui des Pays-Bas, TrustAfrica œuvre pour endiguer les violences basées sur le genre et accroître la participation des femmes à la vie politique.

 


Avec l’intention de progresser dans l’atteinte de cet objectif, le Ministère des Affaires Etrangères des Pays-Bas a mis en place un fonds spécial en 2008 pour soutenir les activités qui améliorent les droits et les opportunités des femmes et des filles dans les pays émergeants. Après avoir examiné les propositions de 454 projets provenant du monde entier, le ministère a attribué des subventions à 45 candidats – dont TrustAfrica.

 

Le premier objectif du projet OMD 3 de TrustAfrica consiste à réduire les violences faites aux femmes sous toutes leurs formes. Il s’agit notamment de la violence physique (que ce soit à la maison, au lieu de travail, ou dans le cadre de conflits armés), la violence sexuelle (y compris les rapports sexuels forcés), la violence émotionnelle (telle que l’humiliation systématique ou les menaces), la violence économique (comme la limitation de l’accès aux ressources financières) et la violence sociale (telle qu’exprimée dans les structures patriarcales et les normes qui portent atteinte aux droits civils et sociaux des femmes). A de telles injustices, déjà abominables par rapport aux propres droits des femmes, s’associent aussi les effets de la pauvreté, les maladies, les guerres, les catastrophes naturelles et la dégradation de l’environnement.

 

Le second objectif du projet est d’œuvrer pour une plus grande participation des femmes à la vie politique. Même si un nombre élevé de déclarations officielles reconnaissent le droit des femmes à une participation pleine et égale aux processus de prise de décisions publiques, la réalité, comme en témoignent les données statistiques, est que les femmes continuent d’être sous-représentées. Aucun gouvernement ne peut prétendre être véritablement démocratique, ou avoir atteint un niveau de gestion équitable et responsable des affaires publiques, tant que les droits des femmes à une représentation égale dans le processus décisionnel ne sont pas à la fois assurés et accomplis. Le Projet OMD 3 vise ainsi à renforcer le rôle des femmes dans la gestion des affaires publiques et à promouvoir la responsabilisation axée sur le genre au sein des institutions d’Etat, des partis politiques et des mouvements sociaux.

Impact positif sur la vie de milliers de femmes

Au terme du projet, une base de données des organisations de la société civile œuvrant pour mettre un terme aux violences faites aux femmes et élargir la participation des femmes à la vie politique dans ces sept pays a été compilée.

Plusieurs ateliers de formation, de renforcement de capacité de plaidoyer et d’élaboration de programmes pour les organisations de la société civile travaillant sur chacun de ces objectifs dans les pays cibles ont été tenus et ont permis aux femmes et hommes travaillant évoluant dans ce secteur d’être mieux capacités.

 

Au cours de ce projet des subventions, des financements de démarrage et une assistance technique ont été fournis aux organisations œuvrant pour mettre fin aux violences faites aux femmes et accroître la participation des femmes à la vie politique. La mise en œuvre des programmes issus de ces fonds ont enclenché des impacts très positifs. Un des exemples constitue l’organisation et le parrainage de campagnes autour de la question des violences faites aux femmes à l’occasion des 16 jours d’activisme sur ce thème.

Des activités de réseautage et des programmes de mentorat, des stages permettant aux jeunes femmes à haut potentiel de bénéficier de l’apport des leaders féminins expérimentés ont été menées dans les pays cibles.

Des coutils didactiques conçus

 

Au cours de la mise en œuvre de ce projet, des outils didactiques ont été élaborés et mis à la disposition des organisations de la société civile. Il s’agit notamment d’un manuel de formation en Communication et plaidoyer et d’une brochure intitulée « Les héroïnes du quotidien », brochure qui dresse les portraits de femmes leaders Africaines ayant montré leurs compétences dans plusieurs domaines tels que le droit, l’enseignement universitaire, le journalisme, la musique, le management et qui se sont engagées dans la lutte pour la promotion des femmes.

 

Un documentaire a été produit sur les violences faites aux femmes et aux filles et accroître la participation politique des femmes dans sept pays francophones en Afrique centrale et occidentale. Le film a été tourné dans plusieurs des pays participant au projet. Il documente les activités des femmes ouvrant la voie pour améliorer leurs conditions socio-économiques et accroître leur représentation politique.

A travers ce projet, TrustAfrica a amélioré considérablement la vie des milliers de femmes en Afrique. Cet impact sera à long terme plus visible car de nouvelles perspectives se dessinent à la fin du projet.

En perspective

Les organisations impliquées dans la mise en œuvre de ces 39 subventions se sont constituées en réseau et ont pris l’engagement d’entreprendre une synergie d’actions à travers la création d’un cadre fédérateur de lutte contre les violences basées sur le genre.

Cet état de fait par conséquent vise un changement de dimension dans cette lutte. C’est en tirant des leçons que les organisations se sont demandé si la lutte ne devrait pas intégrer la dimension sous régionale et régionale afin de bien coordonner les actions et de mieux capitaliser les expériences qui ont cours dans chaque pays.

Cette initiative innovatrice dans le domaine de lutte contre les violences et discriminations contribuera à relever sans nulle doute les limites de la portée de leurs interventions nationales et se placer dans la vision d’une lutte transfrontalière et se situe en droite ligne des principales recommandations issu du projet OMD3 de TrustAfrica.

23 January 2012 à 9:04 par aissatou
Catégorie : Actualités